CND & SHM

Les CND, ou Contrôles non destructifs sont des méthodes qui permettent de rechercher des anomalies dans la matière et les matériaux sans les altérer.

Le SHM, ou Structural health monitoring est l’ensemble formé par les procédés de CND mis en œuvre et la stratégie de contrôle associée, avec l’objectif d’évaluer l’intégrité, la santé et le maintien dans le temps des structures.

Pour faire quoi ?

Les contrôles non destructifs sont utilisés soit en fabrication, soit en maintenance afin de déterminer si la pièce contrôlée est conforme au cahier des charges et exigences de son usage. Les CND visent souvent à rechercher des anomalies ou indication locales, et éventuellement à les cartographier.

Le structural health monitoring est pour sa part utilisé en maintenance afin de surveiller l’évolution d’une structure dans son ensemble, par exemple en l’instrumentant, en enregistrant et en analysant les signaux ainsi obtenus.

Dans les deux cas, il est nécessaire de connaître la pièce ou structure contrôlée, sa défectologie, ses points de contraintes et de fragilité, afin de pouvoir déterminer des critères d’acceptation des anomalies détectées. Ainsi, les contrôles ou essais non destructifs n’ont pas pour objet de mesurer (avec incertitude) une anomalie, mais de déterminer si l’anomalie n’est qu’une simple indication acceptable ou un défaut rédhibitoire.

La mise en œuvre des contrôles non destructifs peut-être soit à l’initiative de l’industriel (fabricant ou exploitant) soit dépendante d’une norme voire d’une règlementation. Selon le cas, les impositions ne sont pas les mêmes. Une certification de l’opérateur (ou contrôleur ou inspecteur) peut également être demandée. Les enjeux liés à l’usage de la pièce ou structure sont souvent déterminant dans le niveau d’exigence : équipements sous pression, aéronautique, nucléaire, ferroviaire, remontées mécaniques…

Définitions

De part la diversités des usages, des secteurs industriels concernés et la richesse de la langue française, de nombreux termes sont utilisés : pour en savoir plus sur les différences entre SHM, CND, END, END ou bien END, nous vous invitons à lire cet article !

Quelles méthodes ?

Selon le matériau et les anomalies recherchées, il conviendra de choisir la méthode et technique la plus adaptée pour atteindre ses objectifs. Il est parfois nécessaire de faire des compromis, ou de mettre en œuvre plusieurs méthodes pour les atteindre.

Nous pouvons distinguer les méthodes dites surfaciques des méthodes volumiques, mais également celles qui sont utilisables sur matériaux métalliques, ferromagnétiques, organiques (composites ou non), ou bien carbone. Chacune de ces méthodes aura des limites différentes selon le matériau étudié, ce qui nécessite des connaissances scientifiques et techniques spécifiques. Les éléments fournis ici sont donc très synthétiques et en cas de projets, nous vous invitons à nous contacter pour étudier ensemble votre besoin !

  • Ultrasons (UT) : conventionnels, multi-éléments, Tofd
  • Émission acoustique (AT)
  • Ressuage (PT)
  • Magnétoscopie (MT)
  • Rayonnements ionisants : radiographie (RT), tomographie X
  • Courants de Foucault (ET)
  • Thermographie infrarouge (IT)
  • Endoscopie
  • Étanchéité (LT)
  • Radar
  • Térahertz